Menu Fermer

Évaluation de la recherche des papillomavirus humains (HPV)

La HAS publie une évaluation de la recherche des papillomavirus humains (HPV) en dépistage primaire des lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l’utérus et de la place du double immuno-marquage p16/Ki67

Le dépistage du cancer du col de l’utérus (CCU) s’appuie sur un programme national de dépistage organisé (PNDO). Celui-ci repose sur les recommandations françaises actuelles pour le dépistage du CCU. C’est-à-dire la réalisation d’un examen cytologique chez les femmes asymptomatiques de 25 à 65 ans tous les 3 ans, après deux examens consécutifs normaux à un an d’intervalle. Dans ses recommandations de 2010, la HAS considérait que le passage au test HPV comme test de dépistage était prématuré. Mais il pouvait être susceptible d’intervenir à terme lorsque le dépistage organisé serait effectif. La garantie de qualité du programme de dépistage du CCU est essentielle :

  • ce programme s’adresse à des populations non malades;
  • il présente des risques associés (en termes d’interventions inutiles notamment) ;
  • il est financé collectivement et doit permettre de proposer une prise en charge de qualité équivalente à l’ensemble des femmes participantes, sur l’ensemble du territoire.

La Direction Générale de la Santé a souhaité que la HAS évalue la place du test HPV ainsi que le recours au double immuno-marquage p16/Ki67 dans la stratégie de dépistage primaire des lésions précancéreuses et cancéreuses du CCU.

Principales recommandations

Les recommandations formulées concernent les femmes éligibles au dépistage du cancer du col de l’utérus, immunocompétentes, n’ayant pas eu d’hystérectomie totale et âgées de 25 à 65 ans. La conduite à tenir sera la même pour les femmes vaccinées ou non contre les HPV.