Menu Fermer

Structuration de l’oncogériatrie sur le plan national

Dans la plupart des pays industrialisés, la cancérologie du sujet âgé est devenue depuis quelques années un problème majeur de santé publique.

L’hétérogénéité de la population âgée impose d’associer les compétences des gériatres et des spécialistes du cancer, pour une prise en charge optimale de la pathologie cancéreuse et de la personne : si tous les traitements peuvent en principe être envisagés, ils doivent être adaptés à l’âge physiologique des patients et à leur état de santé global. C’est tout l’enjeu de l’oncogériatrie.

Plus largement, mieux prendre en charge les personnes âgées atteintes de cancer demande une approche multidimensionnelle et pluridisciplinaire tout au long du parcours de soins, impliquant la coopération des professionnels au sein de l’hôpital et avec les acteurs de santé de la ville.

En 2003, le premier Plan Cancer (2003-2007) a permis le lancement d’une «mission oncogériatrie» au sein de l’Institut National du Cancer (INCa), dont l’une des principales actions a été de faire émerger des Unités Pilotes de Coordination en Oncogériatrie (UPCOG).

Le deuxième Plan Cancer (2009-2013) est à l’origine du déploiement national des Unités de Coordination en Oncogératrie (UCOG).

Il existe aujourd’hui 24 UCOG (dont 5 UCOGIR) et 4 antennes d’oncogériatrie.