Menu Fermer

Référentiel de l’INCa sur les chimiothérapies orales conventionnelles : informer, prévenir et gérer leurs effets indésirables

L’Institut national du cancer (INCa) vient de publier le référentiel : 

CHIMIOTHÉRAPIES ORALES CONVENTIONNELLES
altretamine, anagrelide, bexarotene, busulfan, capecitabine, chlorambucil, cyclophosphamide, estramustine, etoposide, fludarabine, hydroxycarbamide, idarubicine, lomustine, melphalan, mercaptopurine, mercaptopurine monohydraté, methotrexate, panobinostat, pipobroman, procarbazine, temozolomide, thioguanine, topotecan, tretinoine, trifluridine-tipiracil, vinorelbine
Anticancéreux par voie orale : informer, prévenir et gérer leurs effets indésirables

Ce référentiel aborde les effets indésirables les plus communément associés à la prise de médicaments de chimiothérapie orale conventionnelle.

Les enjeux sont notamment les suivants :

  • harmoniser au niveau national les pratiques de prévention et gestion des effets indésirables de ces traitements, et l’orientation vers les professionnels de santé selon les situations (identification du bon interlocuteur en fonction des situations rencontrées) ;
  • mettre en cohérence les informations délivrées aux patients par les professionnels des établissements de santé et de premier recours ;
  • améliorer l’adhésion et l’observance des patients vis-à-vis des traitements par une bonne information des professionnels, en particulier de ville, sur les effets indésirables de ces médicaments.

Ce document est destiné aux professionnels de santé, oncologues médicaux, spécialistes d’organe, médecins généralistes, pharmaciens et infirmiers notamment. Il propose des mesures à mettre en œuvre pour prévenir certains effets indésirables, les modalités de leur détection précoce et les conduites à tenir en cas de toxicité avérée.