Menu Fermer

BIENVENUE


Dans le cadre de la réforme territoriale donnant naissance à la région Nouvelle-Aquitaine, et après une longue période de co-construction, les Réseaux Régionaux de Cancérologie d’Aquitaine (RCA), du Limousin (ROHLim) et de Poitou-Charentes (Onco-Poitou-Charentes) ont fusionné le 28 septembre 2018 pour devenir ONCO-NOUVELLE-AQUITAINE, le Réseau Régional de Cancérologie de Nouvelle-Aquitaine.

Retrouvez sur ce site en cours de conception une présentation du nouveau réseau, de ses projets, des actualités ainsi que des événements à venir en Nouvelle-Aquitaine.

Les sites internet des 3 anciens réseaux restent accessibles.

Bonne lecture à tous ! 

DERNIERES ACTUALITES


AFSOS FORM : les 1ères formations en soins oncologiques de support arrivent en septembre
 

Les soins oncologiques de support font aujourd’hui partie intégrante du dispositif de soins mis en place pour les patients en cancérologie. C’est pourquoi, l’AFSOS a créer l’organisme «AFSOS FORM» afin de proposer une offre de formation innovante et qualifiante basée sur ses valeurs de transversalité, de pluridisciplinarité et de souhait à répondre aux besoins toujours évoluant du terrain. Les 1ères formations arrivent en septembre 2019. Bloquez vos dates.

Les soins oncologiques de support font aujourd’hui partie intégrante du dispositif de soins mis en place pour les patients en cancérologie. C’est pourquoi, l’AFSOS a créer l’organisme «AFSOS FORM» afin de proposer une offre de formation innovante et qualifiante basée sur ses valeurs de transversalité, de pluridisciplinarité et de souhait à répondre aux besoins toujours évoluant du terrain. Les 1ères formations arrivent en septembre 2019. Bloquez vos dates.

Les soins oncologiques de support font aujourd’hui partie intégrante du dispositif de soins mis en place pour les patients en cancérologie. C’est pourquoi, l’AFSOS a créer l’organisme «AFSOS FORM» afin de proposer une offre de formation innovante et qualifiante basée sur ses valeurs de transversalité, de pluridisciplinarité et de souhait à répondre aux besoins toujours évoluant du terrain. Les 1ères formations arrivent en septembre 2019. Bloquez vos dates.

Fiche pour la pratique des médecins généralistes : lymphomes anaplasiques à grandes cellules associés à un implant mammaire (LAGC – AIM) 

L’Institut national du cancer a publié en juillet 2019 une fiche qui fait partie de la collection « Outils pour la pratique » à destination des médecins généralistes. Elle vise à aider les médecins généralistes dans leur pratique quotidienne en présentant de façon synthétique les lymphomes anaplasiques à grandes cellules associés à un implant mammaire.

L’Institut national du cancer a publié en juillet 2019 une fiche qui fait partie de la collection « Outils pour la pratique » à destination des médecins généralistes. Elle vise à aider les médecins généralistes dans leur pratique quotidienne en présentant de façon synthétique les lymphomes anaplasiques à grandes cellules associés à un implant mammaire.

L’Institut national du cancer a publié en juillet 2019 une fiche qui fait partie de la collection « Outils pour la pratique » à destination des médecins généralistes. Elle vise à aider les médecins généralistes dans leur pratique quotidienne en présentant de façon synthétique les lymphomes anaplasiques à grandes cellules associés à un implant mammaire.

L’Institut national du cancer publie la fiche repères "Les perturbateurs endocriniens"
 

L’Institut national du cancer actualise sa collection des fiches repères en publiant un numéro consacrée aux substances perturbatrices du système endocrinien.

L’Institut national du cancer actualise sa collection des fiches repères en publiant un numéro consacrée aux substances perturbatrices du système endocrinien.

L’Institut national du cancer actualise sa collection des fiches repères en publiant un numéro consacrée aux substances perturbatrices du système endocrinien.

L’Institut national du cancer
publie son rapport d’activité 2018
 

C’est sous le titre « Une année porteuse d’espoirs » que l’Institut national du cancer publie son rapport d’activité 2018. Il innove en proposant pour la première fois une expérience de lecture enrichie grâce à la réalité augmentée. Au fil des cinq chapitres, dix vidéos sont ainsi accessibles depuis votre smartphone ou tablette en survolant la version papier.

C’est sous le titre « Une année porteuse d’espoirs » que l’Institut national du cancer publie son rapport d’activité 2018. Il innove en proposant pour la première fois une expérience de lecture enrichie grâce à la réalité augmentée. Au fil des cinq chapitres, dix vidéos sont ainsi accessibles depuis votre smartphone ou tablette en survolant la version papier.

C’est sous le titre « Une année porteuse d’espoirs » que l’Institut national du cancer publie son rapport d’activité 2018. Il innove en proposant pour la première fois une expérience de lecture enrichie grâce à la réalité augmentée. Au fil des cinq chapitres, dix vidéos sont ainsi accessibles depuis votre smartphone ou tablette en survolant la version papier.

Cancers rares de l’adulte
15 réseaux nationaux labellisés
 

En novembre dernier, l’Institut national du cancer a lancé un appel à candidatures visant à labelliser les réseaux nationaux de référence pour cancers rares de l’adulte et l’organisation de la double lecture pour les cancers de l’enfant. A l’issue de l’évaluation conduite par un comité international d’experts, 15 réseaux ont obtenu ce label.

Comme lors de la précédente labellisation, l’appel à candidatures avait pour objectif de reconnaître l’excellence des organisations spécifiques pour les patients atteints de cancers rares. Douze réseaux nationaux de référence et trois réseaux monocentriques sont ainsi labellisés pour une durée de cinq ans (soit jusqu’en juillet 2024).

En novembre dernier, l’Institut national du cancer a lancé un appel à candidatures visant à labelliser les réseaux nationaux de référence pour cancers rares de l’adulte et l’organisation de la double lecture pour les cancers de l’enfant. A l’issue de l’évaluation conduite par un comité international d’experts, 15 réseaux ont obtenu ce label.

Comme lors de la précédente labellisation, l’appel à candidatures avait pour objectif de reconnaître l’excellence des organisations spécifiques pour les patients atteints de cancers rares. Douze réseaux nationaux de référence et trois réseaux monocentriques sont ainsi labellisés pour une durée de cinq ans (soit jusqu’en juillet 2024).

En novembre dernier, l’Institut national du cancer a lancé un appel à candidatures visant à labelliser les réseaux nationaux de référence pour cancers rares de l’adulte et l’organisation de la double lecture pour les cancers de l’enfant. A l’issue de l’évaluation conduite par un comité international d’experts, 15 réseaux ont obtenu ce label.

Comme lors de la précédente labellisation, l’appel à candidatures avait pour objectif de reconnaître l’excellence des organisations spécifiques pour les patients atteints de cancers rares. Douze réseaux nationaux de référence et trois réseaux monocentriques sont ainsi labellisés pour une durée de cinq ans (soit jusqu’en juillet 2024).

Évaluation de la recherche des papillomavirus humains (HPV) en dépistage primaire des lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l’utérus et de la place du double immuno-marquage p16/Ki67
 

Les recommandations formulées concernent les femmes éligibles au dépistage du cancer du col de l’utérus, immunocompétentes, n’ayant pas eu d’hystérectomie totale et âgées de 25 à 65 ans. En l'état actuel des connaissances, la conduite à tenir sera la même pour les femmes vaccinées ou non contre les HPV.

Les recommandations formulées concernent les femmes éligibles au dépistage du cancer du col de l’utérus, immunocompétentes, n’ayant pas eu d’hystérectomie totale et âgées de 25 à 65 ans. En l'état actuel des connaissances, la conduite à tenir sera la même pour les femmes vaccinées ou non contre les HPV.

Les recommandations formulées concernent les femmes éligibles au dépistage du cancer du col de l’utérus, immunocompétentes, n’ayant pas eu d’hystérectomie totale et âgées de 25 à 65 ans. En l'état actuel des connaissances, la conduite à tenir sera la même pour les femmes vaccinées ou non contre les HPV.

Dépistage du cancer du col de l’utérus :
le test HPV recommandé chez les
femmes de plus de 30 ans
 

Afin d’améliorer la qualité du dépistage du cancer du col de l’utérus, la HAS actualise ses recommandations : elle continue de préconiser la réalisation d’un examen cytologique chez les femmes de 25 à 30 ans ne présentant pas de symptômes, mais recommande la réalisation d’un test HPV tous les 5 ans de 30 ans à 65 ans.

Afin d’améliorer la qualité du dépistage du cancer du col de l’utérus, la HAS actualise ses recommandations : elle continue de préconiser la réalisation d’un examen cytologique chez les femmes de 25 à 30 ans ne présentant pas de symptômes, mais recommande la réalisation d’un test HPV tous les 5 ans de 30 ans à 65 ans.

Afin d’améliorer la qualité du dépistage du cancer du col de l’utérus, la HAS actualise ses recommandations : elle continue de préconiser la réalisation d’un examen cytologique chez les femmes de 25 à 30 ans ne présentant pas de symptômes, mais recommande la réalisation d’un test HPV tous les 5 ans de 30 ans à 65 ans.

Rapport d’activité 2018
Onco-Nouvelle-Aquitaine

Ce rapport concerne l’activité 2018 des 3 Réseaux Régionaux de Cancérologie (Réseau de Cancérologie d’Aquitaine, Onco Poitou Charentes et ROHLim) qui ont fusionné fin septembre en un réseau unique : Onco Nouvelle Aquitaine.

Ce rapport concerne l’activité 2018 des 3 Réseaux Régionaux de Cancérologie (Réseau de Cancérologie d’Aquitaine, Onco Poitou Charentes et ROHLim) qui ont fusionné fin septembre en un réseau unique : Onco Nouvelle Aquitaine.

Ce rapport concerne l’activité 2018 des 3 Réseaux Régionaux de Cancérologie (Réseau de Cancérologie d’Aquitaine, Onco Poitou Charentes et ROHLim) qui ont fusionné fin septembre en un réseau unique : Onco Nouvelle Aquitaine.

Rapport d’activité RCP 2018 Nouvelle-Aquitaine

Ce rapport est réalisé dans le contexte de la fusion des 3 réseaux de cancérologie d’Aquitaine (RCA), du Limousin (ROHLim) et de Poitou-Charentes (Onco-Poitou-Charentes) en un réseau unique (Onco-Nouvelle-Aquitaine), suite à la réforme territoriale des régions en France.

Ce rapport est réalisé dans le contexte de la fusion des 3 réseaux de cancérologie d’Aquitaine (RCA), du Limousin (ROHLim) et de Poitou-Charentes (Onco-Poitou-Charentes) en un réseau unique (Onco-Nouvelle-Aquitaine), suite à la réforme territoriale des régions en France.

Ce rapport est réalisé dans le contexte de la fusion des 3 réseaux de cancérologie d’Aquitaine (RCA), du Limousin (ROHLim) et de Poitou-Charentes (Onco-Poitou-Charentes) en un réseau unique (Onco-Nouvelle-Aquitaine), suite à la réforme territoriale des régions en France.

Incidence et mortalité des cancers :
quelles évolutions depuis 1990 ?

Fruit du partenariat entre Santé publique France, l’Institut national du cancer, le réseau des registres des cancers Francim et le service de Biostatistique-Bioinformatique des Hospices Civils de Lyon, le rapport est actualisé tous les 5 ans et il représente une étape essentielle dans la surveillance et l’observation épidémiologiques des cancers.

Fruit du partenariat entre Santé publique France, l’Institut national du cancer, le réseau des registres des cancers Francim et le service de Biostatistique-Bioinformatique des Hospices Civils de Lyon, le rapport est actualisé tous les 5 ans et il représente une étape essentielle dans la surveillance et l’observation épidémiologiques des cancers.

Fruit du partenariat entre Santé publique France, l’Institut national du cancer, le réseau des registres des cancers Francim et le service de Biostatistique-Bioinformatique des Hospices Civils de Lyon, le rapport est actualisé tous les 5 ans et il représente une étape essentielle dans la surveillance et l’observation épidémiologiques des cancers.

Programme national de surveillance du mésothéliome pleural (PNSM) :
vingt années de surveillance (1998-2017)
des cas de mésothéliome, de leurs expositions et des processus d’indemnisation

Santé Publique France vient de publier un rapport concernant le Programme National de Surveillance du Mésothéliome pleural (PNSM) qui fonctionne depuis 20 ans.
Ce rapport dresse un bilan essentiel de l’évolution de la situation épidémiologique des mésothéliomes pleuraux entre 1998 et 2017, en France, en termes d’incidence, de survie, d’expositions des patients atteints et de leur reconnaissance médico-sociale.

Santé Publique France vient de publier un rapport concernant le Programme National de Surveillance du Mésothéliome pleural (PNSM) qui fonctionne depuis 20 ans.
Ce rapport dresse un bilan essentiel de l’évolution de la situation épidémiologique des mésothéliomes pleuraux entre 1998 et 2017, en France, en termes d’incidence, de survie, d’expositions des patients atteints et de leur reconnaissance médico-sociale.

Santé Publique France vient de publier un rapport concernant le Programme National de Surveillance du Mésothéliome pleural (PNSM) qui fonctionne depuis 20 ans.
Ce rapport dresse un bilan essentiel de l’évolution de la situation épidémiologique des mésothéliomes pleuraux entre 1998 et 2017, en France, en termes d’incidence, de survie, d’expositions des patients atteints et de leur reconnaissance médico-sociale.

Moteur de recherche du registre des essais cliniques de l’INCa

Vous trouverez dans cet article le lien vers le moteur de recherche du registre des essais cliniques de l’INCa, grâce auquel vous pourrez rechercher des essais et filtrer sur plusieurs critères.

Vous trouverez dans cet article le lien vers le moteur de recherche du registre des essais cliniques de l’INCa, grâce auquel vous pourrez rechercher des essais et filtrer sur plusieurs critères.

Vous trouverez dans cet article le lien vers le moteur de recherche du registre des essais cliniques de l’INCa, grâce auquel vous pourrez rechercher des essais et filtrer sur plusieurs critères.

Dépistage organisé du cancer colorectal : reprise des livraisons de kits
à partir du 21 juin 2019

La Caisse nationale de l’Assurance Maladie (Cnam) vient de conclure un marché transitoire de fourniture de kits de dépistage immunologique et de gestion de la solution d’analyse. Ce marché transitoire va permettre une reprise rapide des commandes et des livraisons de kits sur l’ensemble du territoire.

La Caisse nationale de l’Assurance Maladie (Cnam) vient de conclure un marché transitoire de fourniture de kits de dépistage immunologique et de gestion de la solution d’analyse. Ce marché transitoire va permettre une reprise rapide des commandes et des livraisons de kits sur l’ensemble du territoire.

La Caisse nationale de l’Assurance Maladie (Cnam) vient de conclure un marché transitoire de fourniture de kits de dépistage immunologique et de gestion de la solution d’analyse. Ce marché transitoire va permettre une reprise rapide des commandes et des livraisons de kits sur l’ensemble du territoire.

PrécédentPrécédent
SuivantSuivant
PlayPause