Menu Fermer

BIENVENUE


Dans le cadre de la réforme territoriale donnant naissance à la région Nouvelle-Aquitaine, et après une longue période de co-construction, les Réseaux Régionaux de Cancérologie d’Aquitaine (RCA), du Limousin (ROHLim) et de Poitou-Charentes (Onco-Poitou-Charentes) ont fusionné le 28 septembre dernier pour devenir ONCO-NOUVELLE-AQUITAINE, le Réseau Régional de Cancérologie de Nouvelle-Aquitaine.

Retrouvez sur ce site en cours de conception une présentation du nouveau réseau, de ses projets, des actualités ainsi que des événements à venir en Nouvelle-Aquitaine.

Les sites internet des 3 anciens réseaux restent accessibles.

Bonne lecture à tous ! 

DERNIERES ACTUALITES


Retour sur les Rencontres 2019 : Innovation et cancer – Quelles orientations pour la lutte contre les cancers demain ?

Octobre Rose

Lundi 4 février, les Rencontres de l’Institut national du cancer ont rassemblé plus de 400 acteurs de la lutte contre les cancers. Professionnels de santé, chercheurs, décideurs, institutionnels, représentants d’associations de malades et de proches étaient réunis au Palais Brongniart à Paris, pour cette 7e édition sur le thème : « Innovation et cancer, quelles orientations pour la lutte contre les cancers de demain ? », en présence d'Agnès Buzyn, ministre en charge de la Santé et de Frédérique Vidal, ministre en charge de la Recherche.

Lundi 4 février, les Rencontres de l’Institut national du cancer ont rassemblé plus de 400 acteurs de la lutte contre les cancers. Professionnels de santé, chercheurs, décideurs, institutionnels, représentants d’associations de malades et de proches étaient réunis au Palais Brongniart à Paris, pour cette 7e édition sur le thème : « Innovation et cancer, quelles orientations pour la lutte contre les cancers de demain ? », en présence d'Agnès Buzyn, ministre en charge de la Santé et de Frédérique Vidal, ministre en charge de la Recherche.

Lundi 4 février, les Rencontres de l’Institut national du cancer ont rassemblé plus de 400 acteurs de la lutte contre les cancers. Professionnels de santé, chercheurs, décideurs, institutionnels, représentants d’associations de malades et de proches étaient réunis au Palais Brongniart à Paris, pour cette 7e édition sur le thème : « Innovation et cancer, quelles orientations pour la lutte contre les cancers de demain ? », en présence d'Agnès Buzyn, ministre en charge de la Santé et de Frédérique Vidal, ministre en charge de la Recherche.

L’oncogénétique en 2017 : état des lieux

Octobre Rose

En France, la détection des prédispositions génétiques à l’origine de cancers s’organise autour de 148 sites de consultation répartis dans 104 villes sur l’ensemble du territoire français. 26 laboratoires chargés de réaliser les tests génétiques prescrits en consultation et 17 programmes de suivi multidisciplinaire complètent le dispositif national d’oncogénétique. L’Institut publie aujourd’hui une nouvelle synthèse offrant un regard pointu sur l’activité 2017 des consultations et des laboratoires.

En France, la détection des prédispositions génétiques à l’origine de cancers s’organise autour de 148 sites de consultation répartis dans 104 villes sur l’ensemble du territoire français. 26 laboratoires chargés de réaliser les tests génétiques prescrits en consultation et 17 programmes de suivi multidisciplinaire complètent le dispositif national d’oncogénétique. L’Institut publie aujourd’hui une nouvelle synthèse offrant un regard pointu sur l’activité 2017 des consultations et des laboratoires.

En France, la détection des prédispositions génétiques à l’origine de cancers s’organise autour de 148 sites de consultation répartis dans 104 villes sur l’ensemble du territoire français. 26 laboratoires chargés de réaliser les tests génétiques prescrits en consultation et 17 programmes de suivi multidisciplinaire complètent le dispositif national d’oncogénétique. L’Institut publie aujourd’hui une nouvelle synthèse offrant un regard pointu sur l’activité 2017 des consultations et des laboratoires.

L’Institut publie L’essentiel des faits et chiffres des cancers en France (édition 2019)

Octobre Rose

Format synthétique du rapport Les cancers en France, « L’essentiel des faits et chiffres », édition 2019, met en lumière les données clés sur les cancers et la cancérologie.

Si la première partie est consacrée aux données essentielles et faits marquants, la seconde effectue un focus sur deux des priorités émergentes : les cancers de mauvais pronostic pour lesquels on observe peu de progrès et la connaissance du poids des facteurs de risque de cancer pour guider les actions de prévention.

Format synthétique du rapport Les cancers en France, « L’essentiel des faits et chiffres », édition 2019, met en lumière les données clés sur les cancers et la cancérologie.

Si la première partie est consacrée aux données essentielles et faits marquants, la seconde effectue un focus sur deux des priorités émergentes : les cancers de mauvais pronostic pour lesquels on observe peu de progrès et la connaissance du poids des facteurs de risque de cancer pour guider les actions de prévention.

Format synthétique du rapport Les cancers en France, « L’essentiel des faits et chiffres », édition 2019, met en lumière les données clés sur les cancers et la cancérologie.

Si la première partie est consacrée aux données essentielles et faits marquants, la seconde effectue un focus sur deux des priorités émergentes : les cancers de mauvais pronostic pour lesquels on observe peu de progrès et la connaissance du poids des facteurs de risque de cancer pour guider les actions de prévention.

1ère journée de cancérologie ORL
en Nouvelle-Aquitaine

Octobre Rose

Le Réseau Régional de Cancérologie Onco-Nouvelle-Aquitaine organise le vendredi 22 mars 2019, à l’hôtel Mercure d’Angoulême, la 1ère journée de cancérologie ORL en Nouvelle-Aquitaine.

Le Réseau Régional de Cancérologie Onco-Nouvelle-Aquitaine organise le vendredi 22 mars 2019, à l’hôtel Mercure d’Angoulême, la 1ère journée de cancérologie ORL en Nouvelle-Aquitaine.

Le Réseau Régional de Cancérologie Onco-Nouvelle-Aquitaine organise le vendredi 22 mars 2019, à l’hôtel Mercure d’Angoulême, la 1ère journée de cancérologie ORL en Nouvelle-Aquitaine.

Estimations régionales et
départementales d’incidence et de
mortalité par cancers en France, 2007-2016
Nouvelle-Aquitaine

Octobre Rose

Pour cerner les attentes des Agences régionales de santé (ARS) en matière d’informations épidémiologiques sur le cancer, Santé publique France a réalisé une enquête en 2015 qui a révélé leur besoin d’information pour principalement sept cancers, les plus fréquents, les dépistables et ceux qui peuvent être prévenus (sein, prostate, côlon-rectum, poumon, col de l’utérus, lèvre-bouche-pharynx, mélanome de la peau).

Pour cerner les attentes des Agences régionales de santé (ARS) en matière d’informations épidémiologiques sur le cancer, Santé publique France a réalisé une enquête en 2015 qui a révélé leur besoin d’information pour principalement sept cancers, les plus fréquents, les dépistables et ceux qui peuvent être prévenus (sein, prostate, côlon-rectum, poumon, col de l’utérus, lèvre-bouche-pharynx, mélanome de la peau).

Pour cerner les attentes des Agences régionales de santé (ARS) en matière d’informations épidémiologiques sur le cancer, Santé publique France a réalisé une enquête en 2015 qui a révélé leur besoin d’information pour principalement sept cancers, les plus fréquents, les dépistables et ceux qui peuvent être prévenus (sein, prostate, côlon-rectum, poumon, col de l’utérus, lèvre-bouche-pharynx, mélanome de la peau).

Estimations régionales et
départementales d’incidence et de
mortalité par cancers en France, 2007-2016

Octobre Rose

Pour cerner les attentes des Agences régionales de santé (ARS) en matière d’informations épidémiologiques sur le cancer, Santé publique France a réalisé une enquête en 2015 qui a révélé leur besoin d’information pour principalement sept cancers, les plus fréquents, les dépistables et ceux qui peuvent être prévenus (sein, prostate, côlon-rectum, poumon, col de l’utérus, lèvre-bouche-pharynx, mélanome de la peau).

Pour cerner les attentes des Agences régionales de santé (ARS) en matière d’informations épidémiologiques sur le cancer, Santé publique France a réalisé une enquête en 2015 qui a révélé leur besoin d’information pour principalement sept cancers, les plus fréquents, les dépistables et ceux qui peuvent être prévenus (sein, prostate, côlon-rectum, poumon, col de l’utérus, lèvre-bouche-pharynx, mélanome de la peau).

Pour cerner les attentes des Agences régionales de santé (ARS) en matière d’informations épidémiologiques sur le cancer, Santé publique France a réalisé une enquête en 2015 qui a révélé leur besoin d’information pour principalement sept cancers, les plus fréquents, les dépistables et ceux qui peuvent être prévenus (sein, prostate, côlon-rectum, poumon, col de l’utérus, lèvre-bouche-pharynx, mélanome de la peau).


Les tests de génétique somatique

Octobre Rose

Le rapport annuel d’activité des plateformes de génétique moléculaire des cancers 2017 est disponible sur le site web de l’INCa

Le rapport annuel d’activité des plateformes de génétique moléculaire des cancers 2017 est disponible sur le site web de l’INCa

Le rapport annuel d’activité des plateformes de génétique moléculaire des cancers 2017 est disponible sur le site web de l’INCa

Prothèses capillaires et accessoires

Octobre Rose

Un avis de projet a été publié au Journal Officiel en date du 10 août 2018 sur la modification des modalités de prise en charge des prothèses capillaires et accessoires inscrits au chapitre 2 du titre I de la liste prévue à l’article L. 165-1 (LPP) du code de la sécurité sociale.

Un avis de projet a été publié au Journal Officiel en date du 10 août 2018 sur la modification des modalités de prise en charge des prothèses capillaires et accessoires inscrits au chapitre 2 du titre I de la liste prévue à l’article L. 165-1 (LPP) du code de la sécurité sociale.

Un avis de projet a été publié au Journal Officiel en date du 10 août 2018 sur la modification des modalités de prise en charge des prothèses capillaires et accessoires inscrits au chapitre 2 du titre I de la liste prévue à l’article L. 165-1 (LPP) du code de la sécurité sociale.

Traitement endoscopique par dissection sous-muqueuse des cancers superficiels de l’œsophage

Octobre Rose

L’objectif de ce rapport est d’évaluer l’efficacité et la sécurité de la technique de dissection sous-muqueuse (DSM) dans le cadre du traitement d’un cancer superficiel de l’œsophage jugé à faible risque d’envahissement ganglionnaire, en comparaison à la chirurgie (œsophagectomie) et à la mucosectomie, afin de statuer sur la pertinence de sa prise en charge par la collectivité.

L’objectif de ce rapport est d’évaluer l’efficacité et la sécurité de la technique de dissection sous-muqueuse (DSM) dans le cadre du traitement d’un cancer superficiel de l’œsophage jugé à faible risque d’envahissement ganglionnaire, en comparaison à la chirurgie (œsophagectomie) et à la mucosectomie, afin de statuer sur la pertinence de sa prise en charge par la collectivité.

L’objectif de ce rapport est d’évaluer l’efficacité et la sécurité de la technique de dissection sous-muqueuse (DSM) dans le cadre du traitement d’un cancer superficiel de l’œsophage jugé à faible risque d’envahissement ganglionnaire, en comparaison à la chirurgie (œsophagectomie) et à la mucosectomie, afin de statuer sur la pertinence de sa prise en charge par la collectivité.

Traitement endoscopique par dissection sous-muqueuse des cancers superficiels de l’estomac

Octobre Rose

L’objectif de ce rapport est d’évaluer l’efficacité et la sécurité de la technique de dissection sous-muqueuse (DSM) dans le cadre du traitement d’un cancer superficiel de l’estomac jugé à faible risque d’envahissement ganglionnaire, en comparaison à la chirurgie (gastrectomie) et à la mucosectomie, afin de statuer sur la pertinence de sa prise en charge par la collectivité.

L’objectif de ce rapport est d’évaluer l’efficacité et la sécurité de la technique de dissection sous-muqueuse (DSM) dans le cadre du traitement d’un cancer superficiel de l’estomac jugé à faible risque d’envahissement ganglionnaire, en comparaison à la chirurgie (gastrectomie) et à la mucosectomie, afin de statuer sur la pertinence de sa prise en charge par la collectivité.

L’objectif de ce rapport est d’évaluer l’efficacité et la sécurité de la technique de dissection sous-muqueuse (DSM) dans le cadre du traitement d’un cancer superficiel de l’estomac jugé à faible risque d’envahissement ganglionnaire, en comparaison à la chirurgie (gastrectomie) et à la mucosectomie, afin de statuer sur la pertinence de sa prise en charge par la collectivité.

Outil d’Aide à la Décision d’Orientation des Patients en HAD (ADOP-HAD)

Octobre Rose

L’HAD étant méconnue par les professionnels de santé, la DGOS et la DGS ont demandé à la HAS de construire un algorithme d’aide à la décision d’orientation en HAD pour les médecins prescripteurs.

Un outil est disponible via l’adresse : http://adophad.has-sante.fr

L’HAD étant méconnue par les professionnels de santé, la DGOS et la DGS ont demandé à la HAS de construire un algorithme d’aide à la décision d’orientation en HAD pour les médecins prescripteurs.

Un outil est disponible via l’adresse : http://adophad.has-sante.fr

L’HAD étant méconnue par les professionnels de santé, la DGOS et la DGS ont demandé à la HAS de construire un algorithme d’aide à la décision d’orientation en HAD pour les médecins prescripteurs.

Un outil est disponible via l’adresse : http://adophad.has-sante.fr

Recommandations pour prévenir certaines toxicités sévères des chimiothérapies par fluoropyrimidines

Octobre Rose

L’Institut national du cancer (INCa) et la Haute Autorité de Santé (HAS) viennent de publier des recommandations sur les modalités de recherche du déficit en enzyme DPD dans le cadre de chimiothérapies comportant des fluoropyrimidines.

L’Institut national du cancer (INCa) et la Haute Autorité de Santé (HAS) viennent de publier des recommandations sur les modalités de recherche du déficit en enzyme DPD dans le cadre de chimiothérapies comportant des fluoropyrimidines.

L’Institut national du cancer (INCa) et la Haute Autorité de Santé (HAS) viennent de publier des recommandations sur les modalités de recherche du déficit en enzyme DPD dans le cadre de chimiothérapies comportant des fluoropyrimidines.

PrécédentPrécédent
SuivantSuivant
PlayPause